Conférence nutraceutique

Cette conférence qui a eu lieu dans la salle D03 du campus de Banekane le 24 mai 2018 à 10 heures 30 minutes en présence des Professeurs  Lazare Kaptué et Kaba Kourouma, respectivement Président de l’UdM et Vice Doyen chargé de la filière pharmacie, avait pour thème : "Nutraceutique : problématique, enjeux et perspectives". 

La centaine d’étudiants des filières Pharmacie et Sciences médicosanitaires qui ont pris part à cette communication scientifique n’ont pas eu le sentiment d’avoir perdu leur temps, au contraire, le sujet pour le moins innovateur a suscité un intérêt particulier auprès de cet auditoire. Il ne pouvait en être autrement puisque le Pr Loïc BUREAU, Pr associé à l’Université de Rennes 1, responsable du Master NSA (Nutrition et Sciences des Aliments), développait les enjeux et la problématique d’un concept qui devrait révolutionner la santé humaine. Il s’agit du concept de "nutraceutique" qui a été inventé pour désigner une nouvelle approche scientifique ayant comme centre d’intérêt toute denrée alimentaire présentant des effets sur la santé. Autrement dit, la nutraceutique, selon la définition donnée au cours de cette conférence par le Dr Loïc Bureau, est "une substance alimentaire naturelle possédant des vertus thérapeutiques ou médicale mais qui ne peut avoir le statut de médicament". La santé par les aliments (alicaments) que beaucoup connaissent déjà au Cameroun sous le nom de compléments alimentaires n’est une médecine alternative à la médecine moderne, mais une médecine complémentaire. Il faut cependant noter à propos des compléments alimentaires, que les spécialistes s’en méfient et préfèrent par exemple qu’un nutraceutique soit consommé à l’état nature pur plutôt que d’être conditionné sous forme de gélules. Mon aliment, mon médicament Les étudiants et le personnel présents à cette conférence ont appris des révélations sur leurs habitudes alimentaires. Ainsi, le folérè, habituellement perçu dans la société comme étant une boisson pour pauvre, a été réévalué par le conférencier qui a clairement dit qu’elle avait des vertus thérapeutiques, notamment parce qu’il contient des substances anticancéreuses (antioxydants), entre autres. Il en est de même des feuilles de patates, de corossolier, de papayer, de cerises etc. qui, pour certaines communautés, font certes partie de leur alimentation au quotidien et participent de manière déterminante à l’amélioration de leur état de santé tandis que pour d’autres, sont rejetés ou destinés à l’alimentation des animaux (Lapins, Porc) comme les feuilles de patates douces (Hypomea batatas). Le Cameroun est riche en aliment médicamenteux, a-t-il lancé pour rappeler que cette Afrique en miniature est une terre bénie. D’où son slogan qui invite à faire de notre aliment notre médicament. C’est à la faveur d’une visite au Cameroun que le Dr Bureau s’est retrouvé à l’UdM, aidé en cela par son épouse qui est originaire de Bafang et qui a tenu à ce que son époux, pharmacien de formation puisse partager sa modeste érudition avec les étudiants de la montagne du savoir. Cette marque de sympathie a été très appréciée par le Président Kaptué et le Pr Kaba qui ont chacun dans son propos liminaire remercier le conférencier d’avoir accepté de venir jeter les bases de cette nouvelle piste de savoir à l’UdM. Il n’est d’ailleurs pas exclu un partenariat voit le jour entre l’Université de Rennes et celle des Montagnes. Enthousiastes, les étudiants ont marqué leur satisfaction par la kyrielle de questions qu’ils ont posées à l’hôte du jour, lequel leur a retourné l’ascenseur par la pertinence des réponses données. Au total, ce fut une belle rencontre scientifique comme l’UdM sait très souvent en organiser pour compléter, mieux, mettre à jour les connaissances des étudiants et des enseignants par rapport à l’évolution épistémologique du savoir, savoir-faire et savoir être, fondement de la différence qui fait la référence du diplômé de l’UdM.