visite directrice onusida

La visite du Dr Claire Mulumga Tshibibi à l’Université des Montagnes (UdM) ce lundi 22 mai 2017, s’inscrit dans le cadre d’une tournée qu’elle effectue dans la région de l’Ouest depuis quelques jours.

"Progrès" ! Ce mot a été prononcé une trentaine de fois par la diplomate onusienne qui a saisi l’occasion de l’étape de l’UdM où elle avait en face des jeunes, pour porter le message de la communauté internationale sur le VIH Sida, cette pandémie  qui sème la tristesse au sein des familles, fait des malheurs dans la population.

Accompagnée du chargé des programmes à Onusida, M. Thomas Tchetmi, et de Mme Célestine Ketcha Courtès, Maire de la commune de Bangangté, Dr Mulumga a été accueillie à son arrivée sur le campus de Banekane à 16h20mn par le Pr Lazare Kaptué et ses proches collaborateurs à l’instar des Professeurs André Ntonfo et François Mkankam, respectivement Directeur de l’Institut d’Etudes Africaines, des Sciences Sociales et de Management et Doyen de la Faculté des Sciences et de Technologie, du Pr Marlène Ossondo, Vice Doyenne de la Faculté des Sciences de la Santé, du Dr Serge Tchoukoua, Administrateur des Cliniques universitaires des Montagnes, de M. Moïse Yomi, Coordonnateur général administratif de l’UdM.

visite directrice onusida

Marques de reconnaissance

Dans le grand amphi A102 paré pour la circonstance aux couleurs de l’UdM, attendaient de nombreux enseignants, des responsables administratifs, mais surtout des étudiants de toutes les filières. Le décor ainsi planté, place a été donnée à la foire aux discours.

C’est naturellement le Pr Kaptué dans sa posture de Président de l’institution d’accueil qui prend le premier la parole pour souhaiter une chaleureuse bienvenue aux hôtes du jour. «Sentez-vous chez nous chez vous ! », lancera-t-il à l’endroit de Mme Mulumga dont il reconnait les compétences qui font d’elle « la personne qu’il faut à la place qu’il faut », puisqu’elle a été de tous les combats pour la lutte contre le VIH Sida dans le monde. L’UdM qui est prête à se mettre en ordre de bataille dans ce combat mondial, fera ensuite l’objet d’une brève mais brillante présentation conduite par M. Jean Paul Tientcheu, ce qui a permis à notre invitée, très attentive lors de l’exposé, de savoir où elle se trouve.

En retour de ces propos bienveillants à son endroit, cette diplomate d’origine congolaise n’est pas passée par quatre chemins pour dire au Pr Kaptué tout son honneur d’avoir été l’une de ses "créatures", puisque « ce que je suis, c’est grâce à vous », reconnaitra-t-elle pour exprimer sa gratitude au Président de l’UdM qui, d’une part, aura su se surpasser pour faire de l’UdM l’œuvre admirable qu’elle est aujourd’hui et, d’autre part, transmet son savoir avec les 2000 étudiants de l’UdM.

L’Afrique du Sud, "maillot jaune"

Cela étant, l’exposé de Mme le Directeur pays de Onusida portant sur le bilan de 15 ans de lutte contre le Sida et intitulé : « Progress in scaling-up HIV prevention and treatment in sub-saharan Africa, 15 Years, the states of AIDS », aura permis à l’auditoire de recevoir un message d’espoir quant à la maîtrise de cette pandémie, espoir parce que la lutte contre le VIH a connu d’énormes progrès sur le plan de la prévention et de la prise en charge.

Ainsi, l’on retiendra avec satisfaction que 15 ans de lutte ont permis de baisser la courbe d’infection dans le monde, d’inverser la tendance dans le rapport d’infection entre Hommes et Femmes, c’est-à-dire qu’aujourd’hui dans le monde, les Hommes sont plus infectés que les Femmes, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années, entre autres. On retiendra aussi que le Cameroun a fait de nombreux progrès dans la lutte mais que beaucoup reste à faire pour que l’objectif 90-90-90 soit atteint : 90% de cas diagnostiqués, 90% de cas sous traitement et 90% de cas à la charge virale invisible d’ici 2020.

Mais en attendant, elle a recommandé la prévention et toujours la prévention comme seul moyen de lutte aujourd’hui contre cette maladie. Pour sa part, Mme Ketcha a demandé aux jeunes de ne plus avoir honte de se faire dépister car le traitement est disponible et est gratuit, il faut simplement faire preuve de responsabilité individuelle. Enfin, point sombre sur ce tableau, c’est l’Afrique du Sud qui reste encore le pays le plus infecté au monde. Un échange enrichissant a donné à certains étudiants de se faire une idée du sujet de leurs thèses en fin de formation. Le séjour de Mme Mulumga s’est achevé par la visite du chantier et des CUM. Il était alors 18h30.

visite directrice onusida

visite directrice onusida