VIsite de Mr Tonka à l'UdM

Compatriote vivant en Allemagne, Merlin Tonka est né à Mbanga et a grandi à Nkongsamba où il a fait ses études primaires et secondaires.

Son cursus universitaire, il l’a fait à l'université d'Erlangen en Allemagne où il a obtenu son master of science en computational engineering. Après ses études universitaires, il a travaillé comme développeur de logiciel d'un content management system dans une startup avant de rejoindre Siemens Healthcare où il est actuellement chef du département du développement de la plateforme (Hardware/Software) qui permet de tester de manière automatique leurs appareils médicaux dans tous leurs sites de recherche et développement dans le monde.

En séjour au Cameroun, il a tenu à visiter l’UdM dont il a toujours entendu parler ; et pendant cette visite, il a organisé des séminaires avec les étudiants de la Faculté des Sciences et de Technologie. Avant de quitter Bangangté, il s’est confié à nous.

Connaissiez-vous l’UdM avant de venir, et quelles sont les motivations qui vous ont poussé à visiter cette institution ?

Oui! Je connaissais l'UdM depuis l'an 2000 à travers le Prof. Ambroise Kom par qui j'envoyais régulièrement ma contribution pour cette œuvre noble.

J'assistais de manière passive à ce qui se passait à l'UdM jusqu'à ce que je rencontre le Dr Didier Djoumessi lors d'une conférence à Francfort en Novembre 2015. Il me convainc de ne pas mettre mon expérience professionnelle seulement au service de l'occident et de la Chine, mais aussi au service de mon pays. C'est alors qu'il me met en contact avec l'ingénieur André Atangana de l'UdM qui a lui aussi fait ses études en Allemagne et a décidé de rentrer servir son pays.

Celui-ci m'invite alors de venir à l'UdM pour voir dans quelle mesure je pourrais compléter la formation fondamentale et pratique qu'ils offrent aux jeunes avec mon expérience en industrie. Après avoir convenu sur le contenu de ce que je pourrais enseigner lors d'un séminaire, j'ai commencé à le préparer.

C'est le résultat de cette préparation que j'ai pu offrir aux jeunes du 19 au 27 Juin 2017.

La motivation qui m'a poussé à venir à l'UdM est la volonté de vouloir:

- servir mon pays de manière désintéressée (patriotisme)

- contribuer à un projet solide qui a un impact important sur le développement de mon paysvisite Mr Tonka à l'UdM

- partager mon savoir-faire aux étudiants pour qu'ils soient à la pointe de la technologie dans le domaine de la fabrication des appareils médicaux et de l'internet des choses (Internet of Things (IoT)) qui va révolutionner dans quelques années notre façon de travailler

- parrainer les jeunes qui travaillent dans la recherche et développement des solutions pour nos hôpitaux en respectant les standards nationaux et internationaux

 

Au menu de votre séjour, il y avait entre autres, des séminaires avec les étudiants. Quel auront été le contenu et les objectifs de ces séminaires ?

J'ai enseigné aux étudiants comment partir de l'idée au produit de manière méthodique en utilisant les modèles de développement V et SCRUM.

Je leur ai aussi montré comment :

  • diriger une équipe d’ingénieurs
  • gérer un projet et prendre une décision rapide si on a des difficultés à maintenir le target cost qu’on s’est fixé au départ
  • éviter l’échec d’un projet dans la recherche et le développement
  • faire l’analyse du marché et le benchmarking
  • développer un appareil médical de haute qualité avec un exemple concret
  • le marché mondial des appareils médicaux est divisé et où commencer avec nos moyens financiers limités
  • utiliser les patentes entrées dans le domaine public
  • s’inspirer des patentes qui ne sont pas encore dans le domaine public pour créer des solutions innovantes
  • rechercher la bonne information (Business ideas management) et la protéger de l'espionnage industriel
  • etc…

Au terme de votre séjour à l’UdM, êtes-vous satisfait de la réaction des étudiants et des dirigeants ?

Oui. Au départ je ne savais pas quel niveau les étudiants de licence et de master avaient.

Mais quelques jours après, j'ai compris qu'ils avaient la base qu'il fallait pour suivre le séminaire. Ce qui m'a permis d'aller plus vite que prévu.

Nous commencions les cours à 8 heures pour terminer à 18 heures avec une présence assidue et ponctuelle des étudiants même le Samedi. Parfois ils refusaient de faire la pause. Je n'avais jamais vu cette soif du savoir avant. Les enseignants ont dû m'expliquer qu'ils sont habitués à ce rythme de travail.

Je dis merci aux enseignants de l'UdM pour le travail qu'ils réalisent. Ils ont à cœur le sacrifice financier énorme que les parents font pour envoyer leurs enfants à l'UdM. Ils s'occupent des jeunes de manière individuelle. Le contact entre étudiants et professeurs est totalement différent de ce que j'ai connu en Allemagne.

Ils sont à la disposition et à l’écoute des étudiants et il y a une sorte de symbiose qu'on observe entre étudiants et professeurs.

Non seulement le laboratoire d'ingénierie est très bien équipé ce qui explique aussi le niveau élevé des étudiants mais les enseignants viennent du monde entier pour transmettre ce qu'ils ont appris aux étudiants pour leur permettre d'utiliser cette science pour résoudre d'abord les problèmes locaux. J'ai vu des projets réalisés par les étudiants que je ne pouvais pas le faire lorsque j’étais à leur niveau à l’université d’Erlangen en Allemagne.

Ayant moi aussi plusieurs jeunes dot je finance totalement la scolarité à l'UdM, je suis très satisfait de leur niveau. Ils n'ont rien à envier à un étudiant qui étudie la même chose en Allemagne.

Les professeurs maîtrisent cette science et s'attèlent à ce qu'ils aient les bases fondamentales et pratiques dont l'industrie a besoin pour passer à la recherche appliquée dans un domaine bien précis.

Les enseignants sont très ouverts aux propositions de l'industrie et cherchent eux-mêmes cette collaboration pour permettre aux jeunes d'apprendre ce qui s'y passe avant la fin de leurs études. Ce qui est une très bonne chose pour l'orientation des jeunes.  C’est pour cela qu’à l’UdM, on voit des missionnaires du savoir de toutes les origines.

 

L’UdM est un projet unique en son genre dans la sous-région. Quelle est la perception que vous avez de ce projet, et partant que la diaspora a de l’UdM ?

 

Nous sommes très fier de ce projet. J'en parle avec fierté à mes collègues et à mes collaborateurs que ce soit en Chine ou en Europe.

C'est une initiative des intellectuels africains pour résoudre nos problèmes au lieu d'attendre que les autres le fassent à notre place. Ce qui est une fierté pour nous, dans ce monde où l’Afrique  est vue par certains non africains comme un continent dont les gens sont incapables de se prendre en main et qu’il faut aider comme un enfant qui refuse de grandir après plusieurs décennies d’indépendance.

C'est un projet que nous avons soutenu dès le début et que nous allons continuer à soutenir car il est solide et  permet de donner aux jeunes la formation nécessaire sur place et éviter cette immigration massive vers d'autres cieux qui coûtent extrêmement cher aux parents.

Avec l'avancée des travaux que j'ai vu au site définitive de Banekane, l'équipement des laboratoires d’ingénierie qui n’a rien à envier à notre laboratoire en Allemagne, la motivation des enseignants et des étudiants, je pense que les générations à venir profiteront aussi comme les jeunes qui y sont aujourd'hui de ce projet noble pour devenir des ingénieurs  qui créent et innovent et dont l'Afrique a tant besoin pour son développement. Nous pouvons déjà voir les premiers résultats de cette formation pointue par les projets des jeunes de l’UdM qui ont raflés des prix dans les compétitions universitaires au Cameroun.  Je vais parrainer certains de ces projets pour permettre leur entrée sur le marché car ils résolvent les problèmes urgents de nos hôpitaux.

Nous supposons qu’une initiative comme celle que vous avez prise nécessite une pérennisation. Qu’avez-vous mis sur pied pour cet encadrement continu ?

Ce projet me permet de transmettre aux jeunes mon expérience et leur permettre d'avancer plus vite que moi en leur donnant les outils nécessaires. C'est pour cela que je vais encadrer les étudiants dans leurs projets pour qu'ils produisent des solutions de haute qualité d'abord pour le marché locale et ensuite pour le marché mondiale en respectant les standards internationaux. Vous savez qu'en médicine, si vous résolvez les problèmes du médecin camerounais, vous résolvez les problèmes du médecin Allemand, Chinois ou Indien.

Je lance un appel à tous les experts de la diaspora dans le développement des circuits intégrés et des logiciels de venir créer les entreprises dans l'ingénierie pour permettre à ces jeunes de continuer dans cette même lancée. S'ils ne le peuvent pas, qu'ils parrainent les jeunes qui veulent se lancer dans la recherche et le développement en créant leurs propres entreprises. Ainsi, ils iront plus vite et gagneront leur part du marché mondiale et créeront des emplois à très haute valeur ajoutée.

visite Mr Tonka à l'UdM

visite mr

visite Mr Tonka à l'UdM

visite de Mr Tonka à l'UdM