CONSEIL D'UNIVERSITE

Les choses ne seront plus comme avant à l'Université des Montagnes (UdM). C'est la principale leçon que l'on peut retenir de la tenue, ce 4 avril 2018 dans la salle des Actes du Campus de Banekane, du 1er Conseil d'Université de l'UdM.

Présidé par le Pr Lazare Kaptué, Président dudit Conseil et par ailleurs Président de l'Université des Montagnes, ce Conseil très attendu a entregistré la présence des Professeurs Jeanne Ngogang, Michel Tekam, respectivement Vice Présidente chargée de l'enseignement et de la recherche et Vice Président chargé de l'administration générale.  L'on a aussi noté la présence remarquée du Pr Ngameni de l'AED, du Doyen de la Faculté des Sciences et de Technologie (FST) du Pr Simeu, doyen assesseur de la FST, enseignant en France, du Directeur de l'Institut d'Etudes Africaines, des Sciences Sociales et de Management, des Vices doyens, de l'Administrateur des Cliniques Universitaires des Montontgnes (CUM), de l'Agent comptable de l'AED, des représentatnts des enseignants, du personnel administratif et des étudiants. Au total, pour cette 1ère rencontre, 25 membres étaient présents.

Le décor étant ainsi planté, la parole avait été donnée tour à tour aux chefs d'Etablissements pour faire le bilan du 1er semestre de l'année académique en indiquant, entre autres points, le niveau d'évolution des cours, l'état de la scolarité, la situation de la coopration, bref, il s'était agi pour chacun de ces responsables de présenter les points forts, les faiblesses, les besoins et les suggestions pour son Etablissement. a la fin de chaque présentation qui donnait lieu à des réactions qui pour avoir des clarifications, qui pour faire des suggestions, l'on a noté des points recurrents: la délicate question des procédures que l'on estime très longues, l'épineux problème des quotas horaires qui font grincer les dents auprès des vacataires, la permanente préoccupation liée à la diiscipline aussi bien des enseignants que celle des étudiants, l'importante problématique de la gestion des budgets d'Etablissements, linévitable réorganisation de la scolarité, la possibilité de proposer des cours en ligne et/ou en cours du soir, etc.

A certaines de ces points soulevés, des explications ont été apportées tandis que d'autres feront l'objet d'un examen attentif. toujours est-il que cette instance n'a pas de prendre des résolutions. Auu rang de celles-ci, notons par exemple que la manière dont les évaluations sont organisées sera revue, le système decoorection des copies et remise des notes ne sefera plus comme avant, autrement dit, toutes les copies seront désormais corrigées sur place à Bangangté, que toutes les publications (Articles, mémoires) seront systématiquement mises en ligne sur le site institutionnel.

En somme, cette première concertation a, non seulement permis aux membres du Conseil de mesurer l'immensité de la tâche qui les attend, mais aussi donné à avoir la conviction que les choses bougent à l'UdM dans le bon sens. Le moins que l'on puisse dire, est que l'UdM met ainsi le cap sur l'orthodoxie de la gouvernance universitaire.

 

 

Tags