Dr LAKENE RAISSA EN SPCIALISATION

C’est l’Université des Montagnes (UdM) qui vient ainsi d’être honorée par le Dr Lakene Raïssa Djoufack, diplômée en Médecine sortie en 2014.

Remarquable ! Telle est le qualificatif qui convient à l’exploit que vient de réaliser cette diplômée de l’Université des Montagnes. Dr Djoufack qui vient d’être admise en spécialisation à l’Université du Texas à San Antonio au pays de l’oncle Sam, est une brave compatriote qui avait été major au concours d’entrée à l’UdM en 2007. Sortie en 2014 après sept ans de formation, elle a été très tôt ambitieuse, en dépit du découragement dont elle avait fait l’objet de la part de certains dirigeants de l’époque.

Dans une correspondance adressée au Pr Lazare Kaptué pour lui exprimer ses remerciements et sa fierté d’avoir été formée par une institution qui impose respect au-delà des frontières africaines, celle qui devient ainsi une valeureuse ambassadrice de l’UdM précise qu’elle a fait 17 tests dans plusieurs programmes de spécialisation et à chaque fois, elle rappelait qu’elle avait été formée dans un esprit se traduisant par le devise institutionnelle à savoir : "Semper-Altissime-Ascendere".

Cette performance du Dr Lakene Raïssa Djoufack témoigne encore de la qualité de la formation qui est dispensée à l’UdM, car comme elle l’écrit elle-même dans la correspondance sus-mentionnée, « l’University of Texas at San Antonio, mon premier choix sur les 17 est un programme assez sélectif pour les étrangers et j’y ai été retenue à cause de ma bonne performance aux examens du board », précisera-t-elle avant de conclure : « ici en Amérique, peu de crédit est accordé aux candidats venant d’Afrique en général du fait de certains stigmas. De ce fait, il revient au candidat de leur prouver le contraire ».

En somme, en attendant de revenir plus amplement sur cette performance, nous pouvons d’ores et déjà retenir que l’UdM qui vient d’obtenir l’accréditation CAMES et qui s’apprête à être certifiée ISO 9001, continue à se positionner comme une institution leader avec laquelle il faudra compter en Afrique et même au-delà.