Pr Ntonfo magistere

C’était le vendredi 29 janvier 2021 au cours d’une journée d’études en hommage à ce pionnier parmi les Antillanistes africains.

Pr Ntonfo 2

Initiée par les anciens étudiants de ce Maître et organisée par l’Université de Buéa, cette journée qui s’est tenue en présence du Pr André Ntonfo en personne, icône du savoir savant dont la réputation va au-delà des frontières nationales, avait pour thème "Littératures et civilisations des Caraïbes : quelles problématiques aujourd’hui ?".

Magistere Ntonfo

 

L’organisation de cette rencontre était placée sous les auspices du
Vice-chancellor de l’Université de Buéa, le Pr Ngono Horace Manga et la
coordination du groupe de recherche sur le comparatisme à l’Université de Buéa (GRECOM), du Groupe de recherche sur l’imaginaire de l’Afrique et de la
diaspora (GRIAD) de l’Université de Buéa, et de l’équipe de recherche en littérature, arts et civilisation (ERLAC) de l’Université de Yaoundé I.

 

Cette cérémonie était présidée par le Deputy Vice-Chancelor, Pr Nol
Alembong, remplaçant le Vice-Chancelor empêché. Il y avait plus de 15
participants, venus des universités de Yaoundé I, Maroua, Bamenda. Dschang et Buéa. Lesquels s’étaient succédé à la tribune pour développer chacun un
sujet sur les littératures et civilisations des Caraïbes.  Bien plus,
certains ont porté des témoignages sur le magistère de celui qui avait été chef de département de littérature de l’Université de Yaoundé. On retient globalement qu’en plus du Maître qu’il a été et l’est encore, le Pr Ntonfo a été décrit comme un père pour qui tous les enfants étaient les siens, comme
l’a témoigné le Pr Edouard Mokwe, l’un de ses épigones/émules, présenté d’ailleurs ce jour par l’homme à l’honneur comme héritier scientifique.

 

Le moins que l’on puisse dire est que c’est sur le "Char des dieux" que le
Pr André Ntonfo est célébré, lui qui n’a jamais enseigné à Buéa. Emu par cette marque de reconnaissance, ce pionnier africain des études sur les Caraïbes a décidé de remettre son fonds bibliothécaire lié à ce champ
d’études à l’Université de Buéa. Dans sa prise de parole, il a souhaité que cette institution universitaire soit le point d’écrémage à partir duquel les études sur les littératures et civilisations caribéennes revivent dans les universités camerounaises.